Pour Roquevaire, Tout Roquevaire, Rien que Roquevaire

Mais quelle mouche a donc piqué Monsieur le Maire Yves Mesnard ? Lors de la préparation du numéro 1 du nouveau magazine d'information de la commune de Roquevaire et comme le veut l'article L. 2121-27-1 du code général des collectivités territoriales qui impose d'accorder un espace pour l'expression des conseillers n'appartenant pas à la majorité, les conseillers d'opposition ont présenté un premier texte. Ce texte fut refusé à cause du paragraphe ci-dessous:

6 Elus à votre écoute et à votre disposition
Pour réussir ROQUEVAIRE A VIVRE la mise en ligne de notre site internet est prévue dans quelques semaines. Nous vous en tiendrons informé.
ROQUEVAIRE CAP 2014 EST EN ROUTE.

Suite à ce refus, le texte a été remanié:

Six Elus à votre écoute et à votre disposition
Pour réussir ensemble un ROQUEVAIRE où il fait bon vivre.
L’équipe de ROQUEVAIRE A VIVRE vous annonce la création de l’association ROQUEVAIRE CAP 2014

Ce texte a aussi été refusé. L'attitude est incompréhensible. Elle est aussi en totale contradiction avec le discours d'ouverture et de rassemblement tenu depuis les élections municipales.

Ce discours a brusquement changé lors du conseil municipal du 28 novembre. Pour justifier sa décision, M. le Maire s'est retranché derrière l'article 28 du règlement intérieur du conseil municipal: Un espace d'une page est réservé dans le trimestriel à l'attention des élus n'appartenant pas à la majorité municipale. Les articles ne peuvent concerner que les affaires communales et non les affaires nationales ou politique.

Dans les textes proposés par l'opposition, point d'affaire nationale ou d'affaire politique. Donc l'argument ne tient pas et lorsque nous lui expliquons que la majorité précédente a toujours publié les discours de l'opposition, il nous répond que nous aurions du les censurer. En se montrant aussi pointilleux et à tort puisque l'article motivant son refus est particulièrement discutable voir illégal, M. le Maire rompt avec la tradition de liberté d'expression en vigueur dans la commune de Roquevaire depuis plusieures années. Drôle de conception du débat public et de la liberté d'expression. Dont acte !

N'oublions pas néamoins que le magazine "Roquevaire Magazine" dont M. le Maire est le directeur de rédaction est financé par tous les Roquevairois. M. le Maire tire sa légimité d'une élection où il a convaincu 37,7% des 6534 inscrits de voter pour lui. Cette censure bafoue les principes londamentaux de notre République.

Alors réagissez, commentez et ne vous abstenez pas. Les forums du site sont ouverts et eux ne sont pas censurés.

Thème d'actualité: